"Le théâtre rend aux hommes la tendresse humaine".LOUIS JOUVET

Spectacles musicaux

Juin 2018 : Adèle de Batz, l’audace d’une missionnaire

Dans le rôle D’Agathe, amie d’Adèle.

https://www.adele-lespectacle.com/

Adèle entourée de sa mère, et de ses Amies Agathe, et Jeanne. 

Adèle, l’audace d’une missionnaire 

Représentations exceptionnelles prés d’Agen, les 8 et 9 juin , où a vécu Adèle au château de Trenquellèon,  puis à Paris, le 24 juin 2018.

Spectacle musical crée en l’honneur de la béatification de la fondatrice des religieuses marianiste écrit, composé et mis en scène par Daniel Facérias .

Adèle, l’audace d’une missionnaire, retrace la vie d’Adèle de Batz de Trenquelléon       ( 1789-1828)  fondatrice des soeurs marianistes et de la Petite Société. Un spectacle où se mêlent l’humour, le drame et la musique, tout au long des épisodes marquants de la vie d’Adèle, de son enfance à sa naissance au ciel. Brûlée par l’amour de Dieu, elle a fondé d’abord une association la Petite société avec quelques jeunes filles, ses amies, qui ont pour but de vivre l’évangile, en se mettant au service de leur prochain. Chacune essaie de devenir missionnaire là où elle se trouve, portée par Adèle qui est elle-même une missionnaire dans l’âme… Elles créent des écoles, travaillent au service des pauvres, ce sont les petites Mères Teresa de la Révolution !
Un spectacle musical tout public 

Avec Clémentine Stépanoff (dans le rôle d’Adèle) – Marie-Hélène Aubert – Gabrielle Speggiorin – Françoise Thuries – Marie Lussignol – Gil Geisweiller – Jérôme Mercier / Création lumière : David Antore – Sons et lumières (séance du 24 juin) : Mac et Sound Light Evenement. Costumes : Djamel Guesmi, Frédéric Morel

​Crédit photos : Christophe Laflaquière.


FAUSTINE

13403875_10156964386680655_6683254463550799956_o

Spectacle musical écrit et composé par Daniel Facérias.
Mise en scène Michael Lonsdale.
Produit par la Diaconie de la Beauté.

Faustine : Marie Lussignol
Autres personnages : Françoise Thuriès
Michaël Sopoçko : Daniel Facérias.

Née avec le vingtième siècle en 1905 de la génération de notre Soeur Emmanuelle,  issue d’une famille d’agriculteurs très pauvre en Pologne. Hélène Kowalska a ressenti la vocation à l’âge de sept ans. Après bien des difficultés liées à son origine pauvre et à son défaut d’éducation scolaire elle entre au couvent des soeurs de Notre Dame de la Miséricorde à Varsovie et devient soeur Faustine.Soeur converse assignée à des tâches dures et humiliantes, sa vie intérieure est impressionnante. Comme les grandes mystiques telles que sainte Gertrude d’Hefta dont elle est une disciple, sainte Catherine de Sienne ou sainte Thérèse d’Avila, elle va entretenir une relation et un dialogue intime avec le Christ qui va lui confier la mission de promouvoir sa divine miséricorde lui révélant l’image d’un tableau qu’elle doit faire représenter et diffuser.

Le père Michaël Sopoçko, son directeur spirituel, va l’aider. Après la mort de Faustine, en 1938 à l’âge de 33 ans, il va être l’artisan avec Jean Paul II de la mise en oeuvre de la mission de la Divine Miséricorde.

« Un magnifique spectacle, à la mise en scène épurée, qui permet de découvrir la vie extraordinaire de cette petite religieuse polonaise devenue l’une des plus grandes saintes de l’Eglise. »

Plus de 15 000 spectateurs entre 2016 et 2017 ( Paris, La réunion, Toulouse, l’île Maurice, Nantes, Lourdes…)

ILS ONT AIMÉ

« Marie Lussignol et Françoise Thuriès nous font entrer dans le mystère de cette vie avec une grâce de simplicité (…) Le texte et les chants de Daniel Facérias sertis par la mise en scène de Michael Lonsdale sont pleinement ajustés à la transmission de cet hymne à la Passion du Christ » L’HOMME NOUVEAU

« Des acteurs de haut vol » ALETEIA

« Pour mettre de si grands acteurs sur scène, il fallait un grand metteur en scène et c’est vrai que dans ces moments-là on se dit que Michael Lonsdale demeure la référence. La mise en scène est sobre, un peu comme un couvent mais elle est riche est belle car elle montre le cœur de ce qu’est un spectacle : le jeu et le texte. »Incandescentes , par L.M Picard.

« Dans le rôle de la religieuse canonisée en 2000 par Jean-Paul II, l’actrice Marie Lussignol est parfaitement crédible «  FAMILLE CHRÉTIENNE

Page Facebook : FAUSTINE